• BANTAM T3

             
     
     La restauration de ma Jeep Willys terminée je me suis mis en quête de la remorque qui l'équipait : la remorque Willys MBT ou BANTAM T3.
    En 1940 les militaires américains dépossédèrent le constructeur BANTAM (concepteur des plans du prototype de la jeep) du marché de construction du véhicule. La raison : une capacité de production bien trop faible. La construction de la Jeep fut donc confiée à WILLYS et à FORD.
     
    En guise de compensation l'entreprise BANTAM recevra des contrats pour la construction de remorques 1/4 Ton T3.
    Bantam construira quelques 128 000 remorques sous le nom de bantam T3.
    Willys en construira quelques 130 128 sous le nom de Willys MBT.
    Toute la difficulté consiste à savoir faire la distinction entre une remorque d'origine ou une fabrication allemande, belge ou hollandaise d'après guerre. Ce n'est pas insurmontable quand on est bien documenté et qu'on sait ou chercher.
     
    Difficile de trouver une remorque d'origine. Encore plus dur d'en trouver une en bon état. Elles ont maintenant 70 ans, ont souvent été modifiées, maltraitées ou laissées pourrir à la pluie.
    Après de mûres investigations, je finis enfin par trouver une perle rare :
     
       
    remorque 1136
        
     
    D'après les photos que je reçois, il s'agirait bien d'une remorque BANTAM T3 d'origine, complète. Timon droit et jantes de combat en prime ... Seul le système d'éclairage a été modifié en 24 volts pour servir derrière les véhicules de l'armée française.
     
    Seul problème : elle se trouve à l'autre bout de la france. Un samedi matin je me décide, vu l'état et le prix il ne faut pas traîner. Avec mon père, on prend mon camion et on va  voir sur place à 600 km ...
     
    Une fois sur place tous les éléments  concordent. C'est bien une américaine.
     
    IMAG0367IMAG0366
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     Initialement j'avais prévu de tracter la remorque derrière le trafic pour la ramener. Mais celà comporte des risques; et surtout ça nous ferait rouler trop lentement.
    Vu la distance il faut trouver une autre solution. Je sais que cela ne se fait pas de relever les mensurations d'une vieille dame, mais c'est pour la bonne cause : ça doit passer !
    IMAG0370
         
    On démonte les ailes, les roues et le timon, on charge le tout dans le trafic,
    IMAG0373
     
     
     et on rentre ... 12h de route ...
     
    IMAG0382
     Et voilà la bête déchargée dans le garage; prête à subir la même torture que la jeep ...
     
     
     
     
         On commence par un peu de redressage de tôle :
     
    DSC08886DSC08887
     
    Et je démonte les tambours de freins, le pont et les ressorts ce qui me permet de découvrir la confirmation que je j'attendais : sous le gousset avant du ressort gauche je découvre le numéro de série à 6 chiffres de la remorque : s'il se trouve à cet endroit c'est qu'il s'agit bien d'une remorque US.
     
    remorque 8751remorque 8752
     
     
     
     
     
     
     
         
    remorque 8755remorque 8757
     
     
     
     
     
     
     
     Maintenant que j'ai tout démonté et redressé, il faut décaper. Comme pour la jeep, je n'y vais pas par quatre chemins :
     J'opère à la sableuse, c'est plus efficace :
       
    Avant .....     et après   .....
         
    remorque 8778remorque 8780
     
     
     
     
     
     
         
     
     
    Avec la technique du sablage, même les boulons d'origine sont réutilisables !
     
     
    remorque 8783remorque 8784
     
     
     
     
     
     
     
    remorque 8790remorque 8791
     
     
     
     
     
     
     
         
     
     
    Trois soirées consécutives sont tout de même nécessaires pour arriver à bout du décapage : c'est que l'air de rien les surfaces sont grandes et je suis tombé sur une peinture très résistante en sous couche.
     
    On attaque la peinture :
     
    D'abord une couche de rustol, produit incolore qui neutralise la rouille résiduelle.
     
    remorque 8793remorque 8798
     
     
     
     
     
     
         
    Ensuite plusieurs couches de rouge antirouille sur les diverses pièces détachées :
     
    remorque 8816remorque 8817
     
     
     
     
     
     
     
    Là, les jantes de combat désassemblées :
     
     remorque 8820remorque 8819
     
     
     
     
     
     
     
     Ensuite on applique l'olive drab :
    remorque 8821remorque 8824
     
     
     
     
     
     
     remorque 8826remorque 8825
     
     
     
     
       
     
     
     
     Le sablage avait même fait réapparaître les marquages de fabrication amboutis sur les amortisseurs (fabricant GABRIEL à Cleveland USA). Après peinture ils redeviennent comme neufs et sont parfaitement réutilisables :  
     
    remorque 8829remorque 8828
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    La remorque retrouve ses catadioptres et ses étoiles blanches :
     
    remorque 8835remorque 8838
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     Ses ailes ainsi que deux pneus Firestone neufs au profil military d'origine :
     
    remorque 8842 remorque 8843
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     Sa bache, ses lanternes d'éclairage, et son numéro de série peint au blue drab : 
     
     
    remorque 8845remorque 8846
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Et voilà l'engin prêt à prendre la route :
     
     
     remorque 8894
     
     
     remorque 8897remorque 8892
     
     
     
     
     
     
     
       

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Août 2012 à 19:44

    YES baby i do it all like this ! who dares wins !

    2
    fy l
    Samedi 22 Juin 2013 à 19:10
    putain t'assures grave ! quel sens du détail, quelle détermination, que de passion !!! Dis tu fais tout comme ça ? ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :